Les premières étapes de la transgénèse

La transgénèse est une technique par laquelle il est possible d'ajouter ou d'inactiver des gènes spécifiques dans le génome d'un être vivant.

Contrairement à la technique de croisement traditionnelle qui ne s'applique qu'à des espèces proches parentes ou identiques, la transgénèse peut être réalisée à partir d'espèces différentes. Par exemple, un maïs GM présentement approuvé dans plusieurs pays, dont le Canada, a été conçu par l'ajout d'un gène provenant d'une bactérie du sol Bacillus thuringiensis

Première étape : trouver le gène d'intérêt chez un organisme

Pour trouver un gène d'intérêt, les chercheurs se réfèrent à des bases de données scientifiques qui contiennent des banques de séquences de gènes connus. Les gènes décrits appartiennent à plusieurs espèces de plantes, d'animaux, d'algues ou de microorganismes. Théoriquement, des gènes provenant de l'ADN de n'importe quelle espèce végétale, animale ou microbienne pourraient être transférés par transgénèse chez n'importe laquelle de ces espèces. Cette caractéristique propre à la transgénèse est possible en raison de « l'universalité » de l'ADN1 2. Mais encore faut-il trouver le gène recherché parmi les milliers de gènes répertoriés. En somme, la limite de la transgénèse tient à la capacité de trouver le ou les gènes gouvernant ou modifiant le nouveau caractère recherché.

Deuxième étape : isoler et multiplier le gène d'intérêt

Une fois le gène d'intérêt trouvé, il est extrait de l'ADN de l'organisme et multiplié en plusieurs copies.