Résistance aux insectes

La lutte contre les insectes nuisibles constitue l’une des principales préoccupations des agriculteurs. Ces derniers ont donc recours aux insecticides pour protéger leurs cultures. Notamment, de la poudre contenant des bactéries Bt (pour Bacillus thuringiensis, une bactérie du sol présente à l’état naturel) est grandement utilisée en agriculture traditionnelle ou biologique depuis de nombreuses années. Cette bactérie produit des protéines appelées delta-endotoxines, lesquelles sont toxiques pour les insectes qui les ingèrent. En effet, le système digestif de l’insecte transforme la protéine naturelle non toxique en une forme plus petite et très toxique qui s’attaque aux intestins, tuant éventuellement l’insecte.

Les insectes nuisibles causent des dommages importants aux plantes et peuvent détruire des cultures entières. Par exemple, la pyrale du maïs détruit les plants de maïs en se nourrissant de leur feuillage et de leurs grains.

Depuis quelques années, de nombreuses cultures ont été modifiées génétiquement pour produire leur propre toxine Bt et les rendre ainsi résistantes à des insectes spécifiques 7 8. Il existe en effet plusieurs variantes de toxines naturellement produites par les bactéries Bt et qui nuisent à différents groupes d’insectes. La toxine Cry1Ab, l’une des toxines les plus utilisées en génie génétique, nuit aux lépidoptères, des papillons de jour et de nuit, mais pas aux insectes des autres familles.

Les plantes modifiées génétiquement pour contenir la toxine Bt sont :

  • la pomme de terre Bt;
  • le maïs-grain Bt;
  • le coton Bt;
  • la tomate Bt;
  • le soja Bt.

La toxine Bt est considérée sans danger pour l’être humain 1 6, car elle est rapidement détruite dans l’estomac 2 et les parois des intestins des mammifères n’activent pas l’activité toxique de la protéine Bt 3 4 5 9.