Partie 2 - La production d'OGM au Québec1 2

Plusieurs producteurs de grandes cultures au Québec cultivent des OGM, et ce, principalement pour consommation animale!

Cette observation ressort d’un sondage réalisé au printemps 2012 2003 par une équipe de scientifiques de l’Université Laval, à Québec, qui a entrepris de dresser un tableau des producteurs cultivant des lignées transgéniques au Québec. Leur outil : un questionnaire envoyé par la poste à 2000 producteurs de grandes cultures du Québec. Quelque 516 d’entre eux ont répondu au sondageNote.

Les auteurs ont remarqué une hausse de l’utilisation des OGM. En 2012, parmi les répondants :

  • 87% de ceux qui avaient planté du maïs avaient opté pour du maïs GM
  • 61% des producteurs de soya avaient opté pour une variété transgénique
  • 95% des agriculteurs cultivant du canola utilisaient des semences GM
  • 44% ont semé des variétés issues d’un empilement de caractères;
  • 20% des répondants ont augmenté leur superficie en culture GM entre 2007 et 2011.

Utilisation des récoltes GM et traditionnelles

Entre les deux sondages, la vente de récoltes GM semble s’être facilitée pour les agriculteurs.

De plus, alors qu’en 2002 presque toutes les récoltes de maïs et de soja, GM ou non, étaient destinées à la consommation animale, il en est autrement pour les répondants de 2012. En effet,

  • 39% des producteurs de soya GM ont vendu au moins une partie de leur récolte pour consommation humaine
  • La consommation humaine a permis la vente de la majorité des récoltes pour plus de la moitié des producteurs de canola GM.

Très peu des producteurs sondés vendent ou utilisent leurs récoltes comme semences. Il faut préciser que les producteurs d’OGM ont peu de liberté pour vendre librement leurs grains GM comme semence et pour ressemer leurs propres grains GM. En effet, les producteurs doivent souvent signer un contrat d’utilisation avec le fournisseur de semences, l’engageant à ne pas ressemer les grains GM.

Intérêt économique des OGM

Les producteurs participant au sondage ont exprimé leur opinion sur l’intérêt économique de cultiver des OGM :

  • En 2002, plus de la moitié des répondants trouve que les semences GM coûtent trop cher. Toutefois, en 2012, les producteurs semblaient plus convaincus de la profitabilité des cultures GM et ne trouvaient plus exagéré le coût des semences.
  • Pour la majorité des répondants, les rendements obtenus par les cultures GM étaient jugés égaux ou supérieurs à ceux des cultures conventionnelles
  • Depuis l’adoption des semences GM, 70% disent avoir diminué les heures de travail aux champs, 50% disent engager moins d’employés tandis que 40% affirment travailler plus hors ferme.

Considérations environnementales

La majorité des répondants au sondage affirme que l'adoption de cultivars GM a contribué à l’adoption de pratiques culturales plus respectueuses de l’environnement. Ils voient plusieurs avantages aux cultures GM :

  • facilite le semis direct;
  • rotation des cultures plus simple;
  • meilleur contrôle des mauvaises herbes;
  • facilite la gestion intégrée des ravageurs.

Semer ou ne pas semer d’OGM?

Dans le premier sondage de 2002, les premiers producteurs de cultures transgéniques expliquaient leur choix cultural de plusieurs façons :

  • augmentation possible des rendements grâce à un meilleur contrôle des insectes ou des mauvaises herbes;
  • diminution du coût des herbicides;
  • travail plus facile à gérer lors de la récolte;
  • rotation des cultures plus facile.

En revanche, les producteurs sondés ne cultivant pas d’OGM expliquaient leur décision comme suit :

  • statut de producteur biologique;
  • crainte d’un impact négatif des OGM sur la santé;
  • inquiétude par rapport à l’apparition de résistance chez les mauvaises herbes;
  • coût élevé des semences;
  • peur de ne pas pouvoir écouler la production agricole sur le marché.