Les OGM

  • Que signifient OGM, OVM, GM, AGM, GG, VCN, AN, etc.?
    Sigle Signification
    OGM

    Organisme génétiquement modifié

    OVM

    Organisme vivant modifié

    GM Génétiquement modifié
    AGM

    Aliments génétiquement modifié

    Arbres génétiquement modifiés

    GG

    Génie génétique

    IGG Issu du génie génétique
    PGG Produit du génie génétique
    VCN

    Végétaux à caractères nouveaux

    AN

    Aliments nouveaux

    Souvent, ces termes sont utilisés comme des synonymes.

    OGM est cependant le sigle le plus utilisé dans le monde.

    Afin de faciliter la compréhension, on emploie l’appellation OGM ou GM dans l’ensemble des textes de ce site Internet.

  • Qu’est-ce qu’un OGM?

    Tous les organismes vivants possèdent une multitude de gènes qui déterminent notamment la couleur des fruits ou la forme des feuilles. Un OGM est un organisme vivant auquel on a ajouté un ou des gènes pour lui conférer une caractéristique spéciale, par exemple la résistance à un virus.

    Les produits alimentaires obtenus à partir d’OGM, tels la farine, l’amidon ou les huiles, ne sont plus des organismes qui peuvent transmettre du matériel génétique. On les considère comme des produits dérivés d’OGM.

  • Qu’est-ce que l’agriculture moléculaire?

    L’agriculture moléculaire ou moléculture végétale et animale consiste à utiliser des plantes ou des animaux transgéniques pour produire des composés pharmaceutiques ou industriels. Les utilisations potentielles vont de la conception de médicaments et de vaccins à la fabrication de plastiques biodégradables et de produits chimiques industriels.

    À ce jour, au Canada, aucune plante ni aucun animal GM n’ont encore été approuvés à des fins d’agriculture moléculaire. Ils ne sont utilisés qu’à des fins de recherche privée ou publique.

    Pour de plus amples renseignements :

    http://www.inspection.gc.ca/francais/plaveg/bio/mf/moleculf.shtml
  • Où trouver d’autres renseignements sur les OGM?

La culture des OGM

  • Y a-t-il des essais au champ de plantes GM au Québec?

    Oui.

    Au Québec, les premiers essais de cultures transgéniques remontent à 1995. De 1995 à 2015, le nombre d’essais a varié annuellement de 3 à 39.

    Au Canada, les premiers essais au champ dans une région confinée à des fins de recherche datent de 1988. Il y en a eu une dizaine et la plupart se sont déroulés en Saskatchewan.

    En 2015, 129 essais au champ sont réalisés au Canada, mais aucun au Québec. Dans les dernières années, les principaux organismes à l’étude ont été le canola, le soja, le maïs-grain et le peuplier.

    Pour de plus amples renseignements : Réglementation

  • Quels sont les OGM approuvés pour commercialisation au Canada?

    Le gouvernement fédéral a approuvé différentes plantes transgéniques destinées à la commercialisation au Canada :

    Caractères OGM
    Résistance aux insectes
    • Maïs-grain Bt; maïs sucré Bt
    • Pomme de terre Bt résistante au doryphore de la pomme de terre*
    • Tomate Bt résistante aux lépidoptères*
    • Coton*
    • Soya
    Tolérance aux herbicides
    • Maïs-grain; maïs sucré
    • Soja
    • Lin*
    • Canola
    • Coton*
    • Betterave sucrière
    • Luzerne
    • Riz*
    Résistance aux virus
    • Courge*
    • Papaye*
    • Pomme de terre*
    Mûrissement retardé
    • Tomate*
    Changement de la composition en huile
    • Soja*
    • Canola*
    Changement de la composition nutritionnelle
    • Maïs*
    • Luzerne
    Contrôle du pollen
    • Maïs*
    • Canola
    Bioproduits/Biocarburants
    • Maïs*
    Résistance au brunissement enzymatique
    • Pomme
    • Pomme de terre

    *Présentement non cultivé au Canada pour des raisons de marché ou climatiques ou encore parce que les variétés ne sont pas enregistrées pour la vente de semences.

    Le 19 mai 2016, le saumon GM AquAdvantage est devenu le premier animal GM autorisé pour la consommation humaine au Canada..

    Pour de plus amples renseignements :

    http://active.inspection.gc.ca/fra/plaveg/bio/pntvcnf.asp
  • Quels sont les OGM actuellement commercialisés au Québec et au Canada?

    Les OGM approuvés pour la commercialisation au Canada ne sont pas tous commercialisés en fait. Actuellement, les grandes cultures de canola, de maïs-grain et de soja sont commercialisées à grande échelle au Canada et au Québec.

    La pomme de terre GM n’est plus commercialisée depuis 1999.

    Bien que la commercialisation du saumon GM en vue de sa consommation humaine ait été autorisée en mai 2016, la ministre de la santé, Jane Philpott, affirme qu’un délai d’un an et demi serait nécessaire avant que ce dernier ne soit introduit sur le marché.

  • Les producteurs agricoles ont-ils le choix de semer ou non des semences GM?

    Oui.

    Certains producteurs choisissent d’adopter les semences GM notamment pour accroître la production agricole et diminuer le labour. Les producteurs peuvent toujours opter pour des semences traditionnelles, c’est-à-dire qui ne sont pas des OGM.

    Le producteur qui achète des semences GM doit signer avec la compagnie de semences une entente qui restreint l’utilisation des grains récoltés.

Les OGM et l’alimentation

  • Les aliments contiennent-ils des gènes?

    Oui.

    Les gènes sont à la base de la vie. Ils contiennent les informations qui déterminent par exemple la forme d’une tomate ou la couleur d’une pomme. Beaucoup d’aliments contiennent donc des gènes, et ceux-ci ne sont pas dangereux pour la santé.

    Quand le consommateur croque une pomme ou déguste une tomate, il mange des gènes. Il en mange aussi lorsqu’il consomme du jus de légume, de la sauce à spaghetti ou du yogourt, des aliments transformés d’origine végétale, animale ou microbienne.

  • Au Québec, les produits alimentaires importés peuvent-ils contenir des produits dérivés d’OGM?

    Comme il n’existe actuellement aucune mesure nationale ou internationale pour retracer et détecter les aliments contenant des OGM, il est difficile d’affirmer que des aliments ou des ingrédients issus d’OGM se retrouvent ou non dans les produits alimentaires importés au Québec.

    En 2009, 2 études québécoises ont analysé le contenu d’un panier d’épicerie afin de détecter la présence de dérivés d’OGM. Les chercheurs ont étudié une soixantaine d’aliments transformés consommés souvent au Québec. Ce sont les seules études au Canada qui ont vérifié la présence de dérivés d’OGM d’une façon aussi précise.

  • Les consommateurs mangent-ils des aliments contenant des produits dérivés d’OGM?

    L’essentiel des cultures GM (maïs-grain, soja et canola) produites au Québec et au Canada est destiné à l’alimentation animale.

    Cependant, comme c’est le cas de leur contrepartie traditionnelle, des grains ou des fèves provenant de cultures de canola, de maïs ou de soja GM peuvent être transformés en de nombreux produits ou ingrédients. Ces produits dérivés , tels la farine, l’amidon, les huiles et la lécithine peuvent se retrouver dans certains aliments destinés aux humains ou aux animaux. Ils ne contiennent toutefois pas nécessairement des traces d’OGM.

    Deux études financées par le MAPAQ ont démontré que le panier d’épicerie moyen d’un consommateur québécois ne contenait que 3 % d’OGM.

    Notons qu’aucune étude systématique n’est effectuée sur une base régulière au Québec pour mesurer le contenu en ingrédients dérivés d’OGM dans les produits alimentaires que l’on retrouve dans les supermarchés québécois et canadiens.

  • Sur la base de l’étiquetage présentement en place au Canada, les consommateurs québécois ont-ils le choix d’acheter ou non des produits alimentaires contenant des produits dérivés d’OGM?

    Au Canada et au Québec, les aliments contenant des OGM ou des dérivés d’OGM sont soumis aux mêmes lois que les produits fabriqués selon les méthodes traditionnelles. Tout nouveau produit (traditionnel ou OGM) vendu pour consommation humaine doit être autorisé par Santé Canada. En vertu de la Loi sur les aliments et drogues, Santé Canada est chargé d’évaluer l’innocuité des aliments et exigera l’étiquetage obligatoire des aliments avec OGM seulement s’ils représentent un risque pour la santé.

    Ainsi, il n’existe actuellement aucune norme d’étiquetage obligatoire pour les aliments avec OGM au Canada. Une norme d’étiquetage volontaire a été approuvée en avril 2004 par le Conseil canadien des normes en tant que Norme nationale du Canada. Pour l’instant, les transformateurs, distributeurs et détaillants de l’industrie alimentaire ont le choix d’appliquer ou non la norme à leurs produits.

  • Peut-on détecter la présence d’OGM ou de produits dérivés d’OGM dans les aliments?

    En général, oui.

    En général, il est possible de détecter les modifications génétiques d’un organisme. Toutefois, un rapport publié en mai 2016 par la National Academies of Science, Engineering and Medecine conclue qu’il est de plus en plus difficile de distinguer les améliorations provenant de croisements traditionnels de celles obtenues artificiellement. Avec les nouvelles recherches disponibles, les techniques de croisements traditionnels sont de plus en plus précises.

    Il existe des techniques pour déceler la présence d’OGM dans les aliments. Selon ce que l’on recherche, ces techniques permettent de détecter avec précision soit la nouvelle protéine produite par l’OGM, soit le nouveau gène introduit dans l’OGM.

    Cependant, les procédés de transformation et/ou de raffinage des aliments (trituration, chauffage, extraction des huiles, etc.) peuvent enlever ou détruire la nouvelle protéine ou le nouveau gène, rendant ainsi leur détection très difficile, voire impossible. Par exemple, comme toute huile végétale, les huiles extraites des graines de canola transgénique ne contiennent habituellement pas de trace de protéines ou de gènes (pas d’ADN). On ne peut donc pas les détecter. Ces huiles et leurs produits sont considérés comme équivalents à leur contrepartie traditionnelle.

    Actuellement, il n’y a pas de norme internationale pour la détection des OGM ou de leurs produits dérivés dans les aliments. Chaque pays élabore sa propre stratégie.

  • Doit-on se méfier des aliments provenant d’animaux nourris avec des aliments contenant des OGM ou des produits dérivés d’OGM?

    Selon différentes études scientifiques, les aliments (lait, œufs, viandes, etc.) provenant d’animaux nourris avec de la nourriture contenant des OGM ou des produits dérivés d’OGM ne contiennent pas la protéine ou le gène modifiés par transgénèse. En effet, les études réalisées jusqu’à ce jour révèlent l’absence de fragment d’ADN ou de protéine GM dans les tissus des animaux testés. Selon ces études, les produits d’origine animale provenant des animaux ayant une diète à base de grains GM sont considérés sains pour les humains.

Les risques et les bénéfices potentiels des OGM

  • OGM et santé : quels sont les risques potentiels?

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère que les aliments avec OGM comportent les mêmes risques pour la santé que les aliments traditionnels.

    Aucune étude scientifique rigoureuse n’a encore démontré que les aliments avec OGM comportent plus de risques que les aliments traditionnels. Toutefois, il faut demeurer attentif à leurs effets potentiels à long terme sur la santé. Des études sont d’ailleurs en cours dans plusieurs pays pour vérifier si la consommation de plantes GM ou de produits dérivés d’OGM influe sur la santé, la productivité et la physiologie des animaux

  • OGM et environnement : quels sont les risques potentiels?

    Plusieurs études sur les aspects environnementaux des OGM ont été réalisées ou sont en cours dans le monde. Certaines font état d’impacts favorables, d’autres d’impacts défavorables. Les risques potentiels associés aux OGM sont :

  • Quels sont les principaux avantages potentiels des OGM?

    Dans le domaine médical, les OGM offriraient des solutions à différents problèmes de santé. Notamment, la transgénèse a permis de modifier une bactérie de manière à ce qu'elle puisse produire de l’insuline humaine. L'insuline, une hormone sécrétée par certaines cellules du pancréas de tout être humain sain, contrôle le taux de sucre sanguin. Certains individus ne produisent pas assez d'insuline et ont, par conséquent, un taux de sucre trop élevé. On parle alors de diabète. Les personnes atteintes d'un diabète grave doivent s'injecter de l'insuline quotidiennement pour mener une vie normale. L’insuline humaine produite par cette bactérie GM est utilisée dans le traitement du diabète.

    En agriculture, les OGM pourraient avoir un impact positif sur l’environnement, tout en aidant le travail des agriculteurs. La culture commerciale de plantes GM tolérantes aux insectes, aux virus et aux herbicides permettrait :

    Par ailleurs, des recherches sont actuellement en cours dans le but de développer des plantes GM capables de pousser sur des sols peu propices à l’agriculture ou des porcs GM dont le fumier serait moins dommageable pour l’environnement.

    Dans le domaine de l’alimentation, les plantes GM et leurs produits dérivés, en tant qu’ingrédients, ne procurent actuellement aucun avantage particulier aux produits alimentaires existants. Cependant, des recherches sont en cours afin de développer des plantes GM à valeur nutritive ajoutée, bonnes pour la santé, tels du blé et du riz à teneur élevée en fer, en vitamine A et en zinc. Récemment, une pomme GM qui ne brunit pas a été approuvée. Une pomme de terre GM a également reçu l’approbation de Santé Canada et de l’ACIA en mars 2016. Cette dernière ne brunit pas et produit moins d’acrylamide lors de la cuisson. Une luzerne à faible teneur en lignine a reçu l’autorisation en 2016 d’être utilisée en alimentation animale. Celle-ci devrait avoir une meilleure digestibilité.

La réglementation et l’étiquetage des OGM

  • Qui encadre la gestion des OGM?

    Au Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) s’occupe avec Santé Canada et Environnement Canada d’encadrer le développement et la commercialisation des OGM.

    Organisme Responsabilité Fonctions

    Agence canadienne d’inspection des aliments

    http://www.inspection.gc.ca

    Végétaux à caractères nouveaux (VCN)

    • Évalue les risques potentiels pour l’environnement;
    • Évalue l’innocuité des aliments pour les animaux;
    • Délivre les permis d’importation
    • Supervise les essais au champ, la mise en circulation libre et l’enregistrement des variétés.

    Santé Canada

    http://www.hc-sc.gc.ca

    Aliments nouveaux (AN)

    • Évalue l’innocuité des aliments;
    • Évalue le procédé utilisé pour obtenir l’aliment nouveau;
    • Compare les caractéristiques de l’aliment nouveau avec celles de son équivalent traditionnel;
    • Mesure la valeur nutritionnelle des aliments nouveaux;
    • Détermine la présence éventuelle de substances toxiques ou de facteurs nuisant à la digestion humaine;
    • Vérifie le potentiel allergène des protéines introduites dans l’aliment nouveau.

    Environnement et Changement climatique Canada

    http://www.ec.gc.ca
    Engrais et produits biologiques vétérinaires
    • Évalue les risques environnementaux associés aux engrais et aux produits biologiques vétérinaires;
    • Évalue l’impact environnemental des OGM non couverts par les autres organismes fédéraux, notamment les microorganismes et les animaux GM.

    Le gouvernement du Québec n’intervient pas dans le processus d’approbation des OGM.

  • Qu’est-ce que le Protocole de Cartagena?

    Le Protocole de Cartagena est un accord international ratifié par plus de 100 pays qui s’intéressent aux impacts potentiels des OGM sur l’environnement.

    Ce texte de l'ONU, signé dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique en janvier 2000 et entré en vigueur à l’échelle internationale le 11 septembre 2003, vise spécifiquement à encadrer le commerce transfrontalier des organismes vivants modifiés (OVM) destinés :

    • à être introduits directement dans l’environnement (ex. : les semences);
    • à l’alimentation humaine ou animale, ou à la transformation (ex. : fèves de soya);
    • à être utilisés en milieux confinés (ex. : microorganismes).

    Le Canada a signé le Protocole le 19 avril 2001 mais ne l’a pas encore ratifié.

    Le Protocole de Cartagena ne vise pas à encadrer l’ensemble des OGM ni l’étiquetage des aliments avec OGM.

  • Existe-il un programme de traçabilité des OGM au Canada?

    Considérés comme équivalents aux produits conventionnels par le gouvernement fédéral, il n’existe pas pour l’instant, au Canada, de programme obligatoire de traçabilité des OGM.